Acheter des actions : quels sont les avantages sous le gouvernement Macron ?

Depuis la victoire d’Emmanuel Macron l’année dernière, la France est supposée être un pays qui se voit octroyer des avantages aux traders. En effet, cela est dû aux nombreuses réformes promises par le président français, qui aurait essentiellement pour but de favoriser les échanges commerciaux, à travers une réorganisation des lois, en ce qui concerne les comptes titres et les actions.

En attendant que cela soit effectif et mis en application, bon nombre de traders attendent avec impatience les nombreux avantages du gouvernement Macron, qui leur permettra de se faire beaucoup plus de bénéfices. Voici donc un petit décryptage de ces avantages !

L’apparition du PFU

Avec la venue du PFU, on peut affirmer sans se tromper que les traders et les plus riches pourront respirer dans le secteur des affaires en France. En effet, le PFU (Prélèvement Forfaitaire Unique) est une taxe qui se verra payée par les entreprises sur leurs bénéfices et plus-values. Il s’agit d’une taxe qui ne sera prise uniquement sur ces deux revenus que se font les sociétés.

Cela implique par conséquent que cette taxe permettra aux entreprises de ne payer leurs impôts qu’une seule fois au cours d’un exercice. Ce qui permettra à ces dernières d’effectuer beaucoup plus de gains et de chiffres d’affaires. Par ricochet, les actions de ces entreprises se trouveront à la hausse, ce qui constituera la meilleure occasion pour les traders d’effectuer leurs opérations.

La disparition de l’abattement de 40 %

Cependant, avec cette nouvelle taxation, il va de soi que l’abattement estimé à 40 % sur les dividendes va disparaître. En effet, il était prévu avant les réformes, toutes les entreprises pouvaient bénéficier d’une réduction de 40 % sur leurs revenus. Cela va de soi, car une entreprise ne pourra bénéficier que d’une seule réduction.

Au prime abord, cela peut paraître comme étant un inconvénient. Néanmoins, il n’en demeure pas moins qu’elle constitue un avantage pour les contribuables, qui font l’objet des tranches qui vont au-delà de 30 %. Cela diminuera considérablement les différents prélèvements sur les dividendes.

Le trading et l’achat des actions à court terme

Avec les nouvelles réformes annoncées par le gouvernement macron. On constate que le PFU constitue un avantage indéniable en matière de trading à court terme. En effet, le PFU ne se chargera plus de pénaliser l’achat et la vente des actions boursière, car il importera peu, désormais, la durée d’acquisition de celles-ci sur optionmag.fr.

Ainsi, elle donne un avantage considérable aux chefs d’entreprises, qui reçoivent des dividendes énormes. Ainsi, ceux qui détiennent des actions dont la période est comprise dans la fourchette de 2 à 8 ans, pourront bénéficier, uniquement de ce Prélèvement Forfaitaire unique. Il faut cependant retenir ici que ce sont uniquement les traders à court terme qui seront favorisés par cette taxation.

Le compte-titre

Sous le gouvernement Macron, il est indéniable que les investisseurs en bourse trouveront un avantage certain : celui de pouvoir gérer leur compte-titre et leur portefeuille tout en conservant leur devise sur ces comptes.

En effet, avec le FPU, ces derniers n’auront plus l’obligation de payer des impôts sur une certaine durée. Ainsi, peu importe le temps dans lequel ces traders ont conservé leurs actifs sur le compte-titre, ils ne seront soumis à aucun prélèvement.

Exemple de l’action orange

Depuis quelques années, le marché de la téléphonie et de l’internet est devenu l’un des plus prisés par les traders particuliers en raison de sa rentabilité couplée aux avancées technologiques et à l’engouement suscité en direction de ces nouveaux moyens de communication. L’essor de ce secteur rend les titres des grandes sociétés qui en dépendent cotées en bourse trés attractifs, dans une perspective de spéculer en direct sur les marchés ou de les posséder dans un portefeuille. L’action Orange fait partie de ces sociétés françaises cotées au CAC40 et dont l’action peut rapporter gros.

Le cas des entrepreneurs

Ces derniers, avec l’apparition de la PFU, pourront profiter du régime d’exception qui leur permet de bénéficier des réductions et abattements de près de 80 %, après avoir détenu leurs actions pendant 8 ans, même dans le cas où ils vendraient leur société en début d’exercice. Cependant, cet abattement ne pourra être cumulé avec celui pour la durée de détention des actions.

Comment les traders des banques influencent-ils la démocratie ?

Le trading est un métier qui attire bien des gens en raison des avantages qu’il peut apporter sur le plan financier. Le lien que peut avoir le trading et le concept de démocratie pourrait en échapper à plus d’un, cependant il existe bel et bien.

Qui sont les traders des banques ?

Pour devenir trader pour une banque, il est essentiel de suivre un parcours académique spécifique, et le but est d’obtenir les connaissances nécessaires pour pouvoir prendre les bonnes décisions d’achat ou de vente une fois sur le marché. C’est assez différent du métier de trader individuel, entre autres sur le plan des revenus. Si un trader en ligne se sert de ses propres fonds pour générer de l’argent qu’il gardera pour lui, le principal but d’un trader professionnel est de faire fructifier l’argent de l’établissement qui l’embauche.

Ceux-ci bénéficient ainsi du statut de salariés, et peuvent gagner un minimum de 30 000 euros par an, toutefois leur salaire est plus que minime lorsqu’on fait la comparaison avec ce qu’ils gagnent comme bonus. Ceux-ci peuvent aller jusqu’à des centaines de milliers d’euros par an, mais là encore, ce n’est rien par rapport à ce qu’un trader peut faire gagner à sa banque, et là, on parle de plusieurs milliards potentiels dans un seul mois.

Les traders des banques jouent un grand rôle dans l’économie

Le métier de traders de banque consiste à lancer des ordres d’achat et de vente au quotidien. Comme c’est l’argent de la banque qui est ici en jeu, un trader qui travaille pour un établissement bancaire dispose de fonds monétaires quasi-illimités. On sait bien que les grands volumes de transactions peuvent contribuer à défaire une action ou un autre, et cela peut même aller jusqu’à l’économie de tout un pays, comme ce fut le cas plusieurs fois dans le passé.

En plus, avec des technologies qui rendent possible le trading haute fréquence, qui se base sur des milliers voire des millions d’ordres qui sont lancés dans la seconde, simplement pour influencer les prix, le pouvoir entre les mains des banques, mais surtout de ces traders, est actuellement terrifiant. Les dangers de ce type de trading sont indéniables, et on peut par exemple mentionner le crash flash qui a eu lieu au cours des années passées, et qui a nécessité à un reboot des marchés, ce qui n’avait jamais été nécessaire auparavant.

La démocratie n’est pas possible sans égalité des pouvoirs

Les actions entreprises par les traders ne sont pas sans conséquences ; par exemple, si suite à différents choix de ceux-ci, le prix d’un bien en particulier augmentait, cela aurait des impacts sur le grand public, dans la mesure où il est question d’un bien de consommation. À l’opposé, si à cause d’actions menées par des traders, une entreprise venait à perdre de la valeur en bourse, cela peut conduire celle-ci à prendre des mesures pour faire face à ce problèmes, et cela peut résulter jusqu’à des licenciements.

Une démocratie sous-entend que tous les membres de la société ont un impact équivalent sur la vie en société, or on peut difficilement parler d’égalité quand un choix fait par le trader d’une banque peut décider du sort de milliers voire plus de salariés. C’est pourtant le cas actuellement, dans la mesure où les établissements bancaires ont parfois même plus de pouvoir que les gouvernements eux-mêmes.